Les personnes âgées en perte d'autonomie

Que propose S.E.E.D Connect pour évité la maison de retraite?
Le placement en maison de retraite n'est pas l'unique solution, de nombreuses personnes âgées sont contraintes de quitter leur ville ou leur département pour trouver une place dans un établissement en rapport avec leurs ressources. Un «exode» souvent très mal vécu et qui coupe la personne de ses connaissances, S.E.E.D Connect a la solution.

 

 

Domotique et bien-vieillir à domicile : quelles pistes de développement ?


 

Secteur prometteur dans le cadre du bien-vieillir à domicile, la domotique s’appuie sur un ensemble de technologies consistant à automatiser des fonctions de bâtiments individuels ou collectifs, via l’électronique, l’informatique, l’automatisme et les télécommunications.

Le concept de domotique a émergé à la fin des années 70 et certaines solutions se sont parfaitement intégrées à notre quotidien, comme l’ouverture et la fermeture de volets roulants. Ses usages sont cependant bien plus larges aujourd’hui.

DomotiqueLa promesse d’une maison intelligente

Rendre l’habitat « intelligent » permet essentiellement de répondre aux besoins de l’habitant en terme de confort et de sécurité. Cela participe également à favoriser le lien social et la santé à domicile, notamment des publics fragiles. Aussi, parmi les grands axes de développement du secteur domotique, on retrouve l’économie d’énergie et le bien-vieillir.

Dans le cadre du vieillissement de la population et plus largement d’une politique en faveur de l’accessibilité universelle, de nombreuses collectivités (conseils départementaux, communes…) s’interrogent sur le développement de nouvelles solutions pour le maintien de l’autonomie. La domotique tient un place importante dans cette réflexion.

Les apports possibles de la domotique en matière de Silver économie

Dans le cadre du vieillissement de la population, les intérêts de la domotique sont multiples :Domotique - IOT- Objets connectés

  • Détecteurs de mouvements et éclairages automatiques permettent de tracer un « chemin lumineux » la nuit afin de réduire les risques de chute.
  • Des commandes de communication d’équipements à distance autorisent par exemple l’ouverture de la porte d’entrée sans avoir à se déplacer, le tout associé à un portier vidéo.
  • Des systèmes de contrôle d’accès peuvent être mis en place pour faciliter les interventions d’aidants professionnels et éviter la gestion complexe des clefs.
  • Diverses alarmes (anti-intrusion, incendie, détection de fuites d’eau, de gaz, de monoxyde de carbone…) sécurisent les personnes et les biens en coupant automatiquement les circuits électriques ou en activant les systèmes de ventilation de la maison si besoin est.
  • La mise en place de « scénarios de vie«  active le chauffage, l’ouverture de volets roulants, l’allumage des lumières… en actionnant un seul bouton, au lever ou au coucher par exemple.
  • etc.

Des technologies encore peu exploitées

Entre fantasmes et déception, le marché de la domotique connaît un démarrage plutôt timide. Les multiples annonces faites depuis les années 70 consistant à qualifier la domotique de marché d’avenir, d’eldorado, font que certains de ses détracteurs qualifient ce marché « d’éternellement émergent ».

Initialement centrée sur le confort, la domotique n’a à ce jour pas rencontré le succès espéré et a tendance à se cantonner dans le secteur résidentiel de luxe. La pénétration des dispositifs domotiques reste faible, estimée en 2012 à 2,5% dans le résidentiel neuf et à 0,2% dans l’ancien.

La multiplicité des acteurs du secteur, représentés dans des filières cloisonnées, ou encore l’usage de protocoles de communication propriétaires, n’ont pas non plus aidé à la nécessaire interconnexion des différents équipements. Ceci est néanmoins en train de changer dans la mouvance de l’Internet des Objets.

Si l’avenir de ce marché est complexe à quantifier (les différentes hypothèses de croissance tablent entre 20% et 200%…), à l’évidence le développement de la domotique se fera dans une logique d’accessibilité universelle et de maintien de l’autonomie.

Repères

  • Le marché européen des équipements domotiques est estimé à 487,4 millions d’euros.
  • 60% des ventes en domotique s’effectuent dans un secteur moyen à haut de gamme.
  • pour 58% des propriétaires, l’avenir est à la maison automatisée, soit 10 points de plus qu’en 2013.
  • 67% des propriétaires se disent prêts au maintien à domicile via l’installation de solutions domotiques. (Source)

 

Les nouvelles approches de la Téléassistance, des technologies au coeur du maintien à domicile

Les dispositifs de téléassistance proposent aujourd’hui plus que la simple gestion des appels d’urgence par un médaillon d’appel. Les avancées technologiques permettent d’offrir des nouveaux services aux personnes âgées vivant seules à domicile, et participent ainsi à préserver leur autonomie.

Plus de services…

Les plateaux de téléassistance, initialement orientés vers la gestion de l’urgence se dirigent de plus en plus vers des services de dialogue, d’écoute, voir de soutien psychologique. Les téléassisteurs proposent par ailleurs des prestations de services à la personne par le biais d’enseignes dédiées.
Cette ouverture vers les services est appuyée par l’amélioration de fonctionnalités initialement présentes dans les produits de téléassistance, telles que la fiabilisation des communications audio, ou encore la possibilité de déporter les systèmes d’interphonie dans différentes pièces, voire d’embarquer cette fonction directement dans le médaillon de l’utilisateur.
De nouvelles fonctions viennent également se greffer : des modules additionnels permettant de faciliter la gestion des intervenants, des principes simples permettant de décrocher le téléphone à distance sans avoir à se déplacer… Plusieurs expériences ont également été menées en ajoutant des fonctions de visio-assistance via le couplage de webcam au poste de télévision par exemple, les résultats de ces expériences ne sont à ce jour pas encore significatifs.

…Sans oublier la sécurité

Pour autant l’objectif initial n’est pas mis de côté, la gestion de l’urgence reste dans tous les cas la priorité des Téléassisteurs. Aussi, à la sécurité de la personne s’ajoute la possibilité de sécuriser son environnement (interfaçage des produits avec des systèmes de détection de fumée, de gaz, de monoxyde de carbone…). Principe de téléassistance active Senioralert
Le principe de « téléassistance active » : il s’agit de pouvoir détecter automatiquement un problème, ou encore de l’anticiper.
Divers systèmes de détection de chute sont ainsi proposés, soit par l’intermédiaire de dispositifs directement portés par l’utilisateur, soit via l’utilisation de capteurs installés dans les différentes pièces du domicile. Dans cet esprit, des capteurs tels que des détecteurs de mouvement, d’ouverture de portes, de températures ou des systèmes d’analyse de la consommation électrique (…) sont fournis par certains industriels afin d’effectuer un « monitoring du style de vie » de la personne âgée, et permettre ainsi de détecter des anomalies dans le rythme de vie de la personne et par conséquent de gérer des alertes de manière proactive.

A l’ère du dégroupage total…

La quasi-totalité des dispositifs de téléassistance actuellement installés fonctionnent sur des lignes téléphoniques classiques, la forte progression du dégroupage total pose parfois des problèmes de compatibilité de ces produits avec la téléphonie VoIP des « Box ADSL ». La sécurisation des transmissions ne peut ainsi pas être assurée notamment en cas de coupure du secteur 230 Volt.
Afin de pallier ce problème, des produits de Téléassistance utilisant le GSM sont de plus en plus proposés, y compris dans le cas d’utilisation fixe à domicile.
Le dégroupage total peut également être considéré comme une opportunité pour la téléassistance de demain : la transmission de données devenant plus aisée, il y a fort à parier que la téléassistance va se rapprocher de concepts proches de ceux de l’hospitalisation à domicile, de la télé-médecine ou encore de la communication (ordinateurs adaptés, e-inclusion…).

…et de la mobilité.

Parce que maintenir à domicile ne signifie évidemment pas cloisonner ou enfermer les personnes âgées à demeure, et qu’il est important de pouvoir tout simplement maintenir une vie de quartier (voir ses voisins, aller à l’épicerie, la boulangerie…), les systèmes de téléassistance mobile (GSM couplés à une géolocalisation GPS peuvent être utilisés en dehors du domicile tout en étant compatibles avec des prestations de maintien à domicile, et de préservation de l’autonomie des personnes.

En complément de ce bref aperçu technologique sur la téléassistance il convient naturellement de ne pas mettre de côté le point de vue éthique, le respect de la personne, et le respect de ses choix quant à l’acceptation de telle ou telle technologie.
Les technologies de téléassistance ne doivent pas se substituer au lien humain mais le favoriser. Des concepts de téléassistance familiale tels que proposés par le site Famillassist voient d’ailleurs le jour, en partenariat avec les téléassisteurs professionnels,  lesquels se dirigent vers un accompagnement global de la personne.

Enfin les aspects financiers sont à prendre en compte, même si ces technologies favorisent le maintien à domicile et la prise en charge des personnes âgées, la question de leur financement reste entière.

 

 

Vous avez des questions ?

S.E.E.D Connect
 

Devis gratuit en 24h

Téléphone :0663988398  

Email :contactmail@s-e-e-d-connect.com

ou utilisez notre formulaire de contact

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© S.E.E.D Connect